mardi 17 janvier 2012

3.000 ans de manipulations mentales et de mensonges = L'EMPORIUM DEMASQUE


L'histoire de l'Humanité repose sur un énorme mensonge datant des invasions romaines des pays du pourtour méditerranéen. Il y a plus de 20 siècles en arrière, sous la pression des révoltes, la Rome impériale décide de pacifier tous les peuples conquis en les unifiant au moyen d'une religion unique élaborée à partir des principaux cultes de ces mêmes peuples. Le mot « catholicisme » est d'ailleurs tiré de l'adjectif grec καθολικός, soit "katholikós" signifiant "général" ou "universel".

L'essentiel du culte catholique - QUI N'EST PAS CHRETIEN, ou mieux, CHRISTIEN - repose sur les textes du Livre (la Bible) élaborés en plusieurs jets sur les trois siècles qui suivirent la pseudo-naissance de "Jésus". Ces textes fondateurs ne sont en réalité que de pâles copies édulcorées et censurées des enseignements spirituels chaldéens remontant aussi bien à la lointaine Sumer et l'Ancienne Egypte qu'aux Védas des Indes. Orchestré par l’Empire Romain, ce plan visa à l’établissement d’une domination mondiale particulièrement pernicieuse s'étendant pour les siècles futurs, prenant appui sur le chaos social engendré par les impacts des grands cycles cosmiques prédictibles au moyen du Savoir des Anciens. Actuellement, les évènements semblent vouloir se répéter, leur "Nouvel Ordre Mondial" étant en marche !!!

Jésus né d'une vierge nommée Marie, la crèche aux animaux, la datation approximative, la ville de naissance : tout est faux, archi-faux ! Leur "Jésus" est un amalgame d'au moins trois sinon quatre personnages authentiques dont ils prirent grand soin d'effacer jusqu'à leur souvenir dans l'Inconscient Collectif humain. Les deux principaux Jésus historique sont en fait un certain Yehoshua ben Pentera ha-Notzri, né bâtard d'un militaire romain nommé Pentera - de fait Arius Calpurnius Piso - sa mère juive ayant été mise à l'index par sa propre communauté pour avoir couché avec un enemmi envahisseur; Après avoir été initié aux mystères des écoles initiatiques d'Egypte, il s'intégra aux Thérapeutes Esséniens et devint le chef des "Notzrim", c'est à dire les Nazirs ou Nazoréens, d'où le titre ha-Notzri en son nom. Le second ne fut pas moins qu'Emmanuel, petit-fils de Cléopâtre et Marc Antoine, à qui le Sénat Romain, s'étant chargé de son éducation sur instructions d'Octave Auguste, lui demanda d'aller appliquer ce plan, d'aller prêcher cette fable aux divers peuples conquis. Hors, Emmanuel, ce "Jésus romain", également initié aux écoles des mystères égyptiens, enseigna un tout autre message. Le même message d'ailleurs diffusés par Zarathoustra, Akhénaton, les prêtres de Mithra, et tous les véritables prophètes. Forcément, l'affaire tourna mal.

Notre histoire est noire des génocides de leurs guerres, de leurs conspirations, de leurs corruptions, de leur orgueil, de leur arrogance, de leur égoïsme, et de leur misogynie. Croyez le ou non, il n'empêche qu'aujourd'hui même, ce sont les descendants de ces familles assoiffées de pouvoir, qui mènent l'humanité à l'asservissement final, n'ayant crée le système politico-économico-financier que comme outils à appâter, à enrôler dans leurs rangs, à contrôler les masses de moutons laborieux. Je vous pose la question : que faites vous en ce monde sans travail et sans argent, quand ces messieurs ont décidé de fermer le robinet ?

Soigneusement sélectionnée pour les évènements pernicieusement programmés, notre époque, la fin de ce qu’ils nomment leur "orbe" (cycle d’un millénaire sur lequel fut adapté le calendrier moderne) doit marquer selon eux l'achèvement du plan hégémonique de l’Emporium sur la planète. A moins que, à moins que cet Empire soit tout simplement anéanti...

Revenons un instant 20 siècles en arrière, pour évoquer la famille PISO (en grec Peison).

A partir de la connaissance des cycles astrologico-astronomiques issue des Anciens, il fallait trouver les rédacteurs d'une nouvelle religion conçue pour contrôler les esprits des masses laborieuses. Depuis Sumer, pour avoir pillé de nombreux sanctuaires et s'être accaparé le contenu des dépôts de connaissance des Anciens au cours de leurs conquêtes, les hébreux sino-sémites, devenus pharaons puis rois de la Rome Impériale, étaient les seuls à avoir accès aux reliques antiques. Les choses changèrent en 510 avant J.C. lorsque le dernier roi fut jeté dehors lors d’une révolution qui mena à l’établissement de la République romaine, aux principes copiés sur la notion de république grecque. A partir d'une ancienne histoire répétées au cours des cinq mille ans, Lucius Calpurnius Piso rédige alors la version moderne de "KRST" (NEB-HERU-HORUS, fils du Père Asar-Osiris) pour se venger de Jules César.

Dans un but de parfaite compréhension, remontons le temps : environ 1.800 ans avant J.C., un peuple mystérieux dont ne parlent pas nos livres d'histoire, les HYKSOS (ou HYCSOS) et les SOLYMITES (d'où sera tiré le nom de Salomon, roi qui n'a jamais existé que dans l'imagination de la caste sacerdotale de l'Ordre Noir H.B.R.. )- cités par l'historien égyptien Manethon (300 av. J.C.) - s'établissent au nord de l'Egypte, dans le delta du Nil et fonde leur capitale AVARIS (Tel el Yahudieh), nom toujours d'une triste actualité vu que ce sont leurs lointains descendants, les avaricieux ASHKE-NAZI qui mènent une humanité aveugle à sa perte ! Tribu sino-sémite des hébreux Amaléquites - nommée ainsi du fait du nom de leur chef AMALEK - originaire de Canaan, ils s'emparent ensuite du pouvoir sur les pharaons égyptiens qu'ils remplacent, effaçant leurs noms de tous les monuments, stèles et papyrus, et règnent ainsi en tyrans durant un siècle. L'un de leurs pharaons fut Apophis. Leur plus importante déité était Seth - Moloch aussi appelé Sutekh, le Shaitan chaldéen qui devint Satan. Ce n'est qu'en 1567 av. J.C. qu'Ahmose 1er, de la dynastie de Thèbes, chassa les Hyksos d'Egypte.

C'est Flavius Joseph alias Arius Calpurnius Piso qui, en ses écrits, transcrivit le mot HYKSOS en "rois bergers", dans son intention malsaine de les identifier aux Israélites, alors que l'origine ethnique des Hyksos hébreux est sino-sémite. Un berger-roi menant les humains assimilés à des moutons, ce n'est pas flatteur ! Car on oublie trop souvent qu'un mouton, au mieux on le tond (dans tous les sens du terme), et au pire, on l'immole !!!

Précisons aussi très vite qu'ISRAEL, en sémantique égyptienne donne la Triade Divine Isis (Sirius + Lune + Vénus) + Râ (Osiris solaire) + El (Horus - Jupiter + Mercure) signifiant Celui qui, sous la direction des Pléïades, passé de la Lune au Soleil, devient semblable à un Dieu.

Au 4è siècle av. J.C, Philippe de Macédoine (382-336 av. J.C.), se marie à Olympia, leur fils étant Alexandre le Grand (356-323 av. J.C.), conquérant de Grèce, Perse, Syrie, Phénicie, Egypte, Babylone, plus une partie de l'Inde. Dirigeant d'Egypte, il est le fondateur de la ville Alexandrie, l'un des tous premiers centres du savoir ésotérique de l'Antiquité. Alexandre eût pour professeur le philosophe Aristote, qui avait reçu ses connaissances de Platon et Socrate.

La clé génétique des deux rameaux de la Lignée N.N. qui s'opposent depuis plus de 20 siècles, c'est la fameuse reine d'Egypte CLEOPATRE (60-30 av. J.C.) : Clé au Pâtre ou Cléo, Pâtre ! Mariée à Jules César, Empereur de Rome, de qui elle eut un fils : Ptolémé XIV. Mais, Cléopâtre, de son amour passionné avec Marc-Antoine, eut aussi deux jumeaux, dont l'un eut pour fils un certain Emmanuel qui prit ensuite le nom de Yeoshua lors de son "ministère" en Judée.

Cette génétique des Ptolémés, pointe alors sur Hérode le Grand, celui des évangiles contant l'histoire de Jésus. Puis ce sang nous entraîne jusqu'à la famille aristocratique romaine des Piso, dont la descendance actuelle est la famille Bush.

Du Ier au IIIè siècle, au minimum 3 générations de Piso mèneront à bien leur projet de fonder une nouvelle religion, l'idée étant d'obtenir la conversion des juifs en transférant leur allégeance rabbiniques aux papes de Rome appointés par les romains eux-mêmes.

Suivant la trace, nous la retrouvons en Constantin dit "le Grand", curieusement couronné Empereur de Rome en 306 à Eboracum (YORK --> New York aux Etats-Unis étant la Nouvelle York de la Babylonie actuelle de "ces messieurs"), qui, en 325, au Concile de Nicée, changea, non sans remous, les mythes cultuels de ses ancêtres et le Christianisme authentique en la catholicité romaine.

La lignée Piso descend donc des Ramsès (pharaons usurpateurs d'Egypte), à travers les nombreux Ptolémés. En leur temps, ils sont bien connus comme des écrivains-membres de sociétés secrètes et prêtres du temple de Zela dans le pays de Pontus sur la côte sud de la Mer Noire.

Certes, la famille a été trahi par Jules César à bien des égards, et c'est là, en partie, l'origine de l'histoire du catholicisme fondé sur la vengeance des Piso exercée contre Jules César : en remplaçant la religion d'État romaine par une autre, on cimenta en outre les peuples conquis !

Les Piso avaient en outre de nombreuses raisons de hair Julius Caesar : il avait fait la guerre contre leur patrie, il avait trahi son épouse Calpurnia, une Piso, il avait comploté avec le peuple juif contre Alexandrie, un autre bastion Piso. En plus de tout cela, populiste, César allait à l'encontre des royautés, et s'il avait dû devenir dictateur de Rome, il aurait aboli l'esclavage (60% de la population de l'Empire romain était alors composés d'esclaves).

Le génie manichéen des Piso affûté par des décennies d’intrigues et de manigances aristocratiques et politiques, pouvait encore se voir lorsque Arius Calpurnius Piso provoqua délibérément la révolte des Juifs en 66 de notre ère. Grâce à ce stratagème, il pû détruire le Temple de Jérusalem et voler les reliques et textes sacrés, dont la plupart sont actuellement entre les mains de la famille "royale" d'Angleterre et en les Archives du Vatican.

Lucius Piso étant marié avec la petite fille d’Hérode le Grand, les attaques répétitives des extrémistes religieux Judéens soulevaient des insurrections contre les dirigeants amis de la femme Piso. Ils décidèrent donc de créer un nouveau livre de religion typiquement "juif" qui serait une méthode idéale de résoudre les insurrections et de raffermir leur contrôle de la région, ce qu’ils firent !

C'est Arius Calpurnius Piso qui, dans le cadre du "plan de pacification" des peuples méditerrannéens conquis mais révoltés, prenant quatre prénoms pour différents noms de plume, "inventa" le "Nouveau Testament" et caviarda ainsi copieusement les textes hébreux étant eux-même le plagiat de la Genèse de l'histoire sumérienne gravée tablettes d'argile 1.500 ans avant la genèse revue et corrigée façon hébraïque. Car en ce milieu du 1er siècle de notre ère, l'aristocratie romaine est confrontée à un très gros problème : les cultes des peuples des terres de Canaan croissent, il y a plus de 8 millions de juifs représentant à eux-seuls 10% de la population de l'Empire Romain, et les zélotes de Judée sont fauteurs de troubles, ne voulant pas devenir les marionnettes des dominateurs romains.

Dès 70 de notre ère donc, Arius Calpurnius Piso écrivit en séquence les évangiles de Mathieu, de Marc et de Luc avec l’aide de Pline le jeune en s’assurant d’intégrer à cette fiction des relations avec des personnages réels de l’époque. Son souhait était ainsi de créer un nouveau héros, un Sauveur. Le Nouveau Testament et l’Eglise catholique romaine furent la création exclusive des Calpurnius Piso et n’ont aucune base historique authentique. Nous sommes bien là dans une machination machiavélique, laquelle au fil des siècles a endoctrinné des milliards d'être humains en une conception totalement faussée des réalités spirituelles, celà à seule fin d'assoir le pouvoir temporel d'un clan familial sur l'ensemble de l'humanité !

Du fait, les Piso, leurs partenaires familiaux hébreux - catholiques - musulmans - tous "orthodoxes", Khazars sionistes contemporains, et leurs descendants détiennent illégitimement depuis plus de deux millénaires l’exclusivité de la Science des Anciens. Et cette nouvelle religion cloua le bec aux propos païens, cette petite élite conservant jalousement seule ce Savoir. N’est-ce pas là le meilleur atout de toute guerre ? La destruction des temples païens arracha le cœur des petites cités romaines. Lorsque le voile de la Terre Plate se déploya, les fenêtres de verres et les planchers de mosaïque fine disparurent pour mille ans.

Vous n'aviez probablement jamais entendu parler d'Arius Piso dont l'histoire officielle ne nous dit rien. Il est bien mieux connu sous l'un de ses pseudonymes : Flavius Josèphe. Si vous doutez de cela, pourquoi ne pas vérifier sur internet les mots-clés : "Arius Calpurnius Piso Flavius Josephus"... ???

Au regard de la véritable histoire de l'Empire hébraïco-romain, force est de constater que TOUS les auteurs relatant la vie des empereurs de Rome participèrent à ce qui n'est pas une conspiration à proprement parler, mais bien plutôt de l'histoire d'une oligarchie à laquelle nous restons asujettis. Voici quelques-uns d'entre eux :

- Didius (Salvius Julianus Severus Didius Marcus) acheta l'empire de Rome mis à l'encan par les prétoriens après la mort de Pertinax en 193 et devint par conséquent empereur... 66 jours seulement puisqu'assassiné pour avoir omis d'en payer le donativum !

- Pescenius Niger, général romain et Légat de Syrie, il fut proclamé emepreur par ses slodats tandis que Septime Sevère l'était de son côté par les légions d'Illyrie ! Il essaya de s'entendre avec ce dernier mais une bataille s'ensuivi à Issos au cours de laquelle il fut tué.

- Lucius Septimus Severus Aurelius Antoninus alais SEPTIME SEVERE, sémite d'Afrique ayant commandé les légions d'Illyrie à la mort de Pertinax, il devint Empereur de Rome après avoir éliminé tous ses rivaux. Tyran autoritaire, il enleva tous les pouvoirs au Sénat romain, menant des guerres continuelles jusqu'à constituer la province de Mésopotamie (on y revient sans cesse... les trésors de l'Antique Sumer !) Et comme par hasard, installé à Eboracum = YORK, important camp romain occupé dès 71 après J.C., il mourrut en 211 en Grande-Bretagne où il guerroyait depuis trois ans contre les Calcédoniens.

- Ephrem, haut prélat de l'église catholique romaine (Nisible 306 - Edesse 373) surnommé "Docteur du Saint-Esprit", il donna son essor à l'école d'Edesse.

Revenons à la famille PISO en la personne d'ARRIA L'ANCIENNE, descendante dit-on de Cléopâtre et de Marc-Antoine, mariée à FLAVIUS SABINUS, frère de l'empereur Vespasien. Elle est la grand-mère maternelle de ARIUS CALPURNIUS PISO de la lignée familiale de L. Caesennius Paetus (Gavin Townend “Some Flavian Connections,” Journal of Roman Studies, LI. 54, 62, 1961).

ARIUS (masculin de Aria) CALPURNIUS PISO a pour père Gaius Calpurnius Piso alias Thrasea Paetus, qui fut exécuté sous Néron. (Tacite, les Annales, livre XVI, XXXIII, pg. 387, Loeb), et pour mère Arria la Jeune. Il a pour soeur Flavia Arria, alias Fannia Annia. En plus de l'alias Flavius Josèphe, et parmi tant d'autres, Arius Calpurnius Piso utilisera le pseudonyme de Pline l'Ancien.

Evidences : "lettres de Pline le Jeune ("Letters & Panegyricus", Loeb Classical Library edition) concernant Thrasea Paetus, Arria l'Ancienne, Arria la Jeune - également nommée “Caecina ANNIA”, Fannia, Montanus and Arrius Antoninus.

Il est extrêmement peu connu que la famille Piso et ses proches furent, durant plusieurs générations, les gouverneurs de la Syrie antique, installés par Rome. Sous le nom de Caesennius Paetus, Arius Piso fut lui-même l'un des gouverneurs de Syrie (Flavius Joseph, les guerres juives II, VII, 59). Sous le pseudonyme Claudius Ariston, il fut appelé "Principal Citoyen" d'Ephèse (source: Pline, VI.31.3), cité majeure de l'Asie, province romaine du sud-ouest de Bithinie. Et nous le retrouvons sous le pseudo. de Flavius Archippus, supposé être un philosophe cité plus tard par l'empereur Domitien selon Pline le jeune.

Les rabbins juifs de son temps nommèrent Arius Calpurnius Piso “Ben Pentera” en référence à sa mère Arria, ce qui tend à démontrer que les instances religieuses juives l'avaient démasqué comme étant l'auteur des nouveaux évangiles. A ce titre, le mot “PenTHera” signifiant “mère” figure dans Marc 1.30, Mathieu 8.14, et Luc 4:38. En Mathieu 12.48, Jésus questionne “qui est ma mère ?”, la réponse étant “Maria”, mais Maria en langue royale romaine signifie “Arria” ! Jésus est "l'Agneau" de Dieu, hors en grec "agneau" se dit “Arnius”, et en langue royale romaine : “Arius” !

Récapitulons les autres pseudonymes utilisés par Arius Calpurnius Piso, ordonnés ainsi :
1. CAESENNIUS PAETUS pointant sur Arius Calpurnius Piso
2. ARIUS CALPURNIUS PISO (sa vraie identité) pointe sur Montanus
3. MONTANUS pointe sur Arrius Antoninus
4. ARIUS ANTONINUS pointe sur Arrius Verus
5. ARIUS VERUS pointe sur Annius Gallus
6. ANNIUS GALLUS pointe sur Cestius Gallus
7. CESTIUS GALLUS pointe sur Gessius Florus
8. GESSIUS FLORUS pointe sur ANTONIUS PRIMUS
9. ANTONIUS PRIMUS

MONTANUS : en se nommant lui-même Montagne, il se vit relié à Mars, dieu romain de la guerre, et d'Amenhotep, son ancêtre pharaon égyptien. Pline le Jeune le cite comme étant Sénateur de Rome (Loeb Classical Library édition): “Montanus, sénateur inconnu; lettres gravées sur un monument dédié à Pallas, VII. 29; VIII. 6”.

ARIUS ANTONINUS : ici Arius Piso rend hommage à Marc-Antoine, dont il descend. Des monnaies antiques frappées à son éffigie mentionnent ANTONINVS AVG PIVS PP COS III sur une face, et AEQVITAS AVG sur l'autre.

Grand-père de l'empereur Antoninus Pius, mentionné en l'Historia Augusta, Arrius Antoninus fut pro-consul sous Vespasien ("The Consulate of the Elder Trajan” de John Morris, JRS, Vol. 43-45, pg. 79-80, 1953-1955 + Tacite "Histoires" II, I, cf. 1, 10 + Suétone "les 12 Césars” sous “Titus”, 5 + ”biographie de Marc Aurèle” Appendix 2 et “La Dynastie Antonienne” pg. 242, Birley, publié par Yale University Press en 1986.

ARIUS VARUS : “Varus” est le terme romain équivanlent à l'égyptien “Veru” signifiant “grand homme”. Arius Piso, sous ce pseudonyme, est le fondateur de la dynastie Antonnienne “Annii Verii”, verii donnant "Severus" en langue royale. Julius Piso, fils d'Arius Piso, utilisera ce terme en tant que commandant des légions romaines combattant les juifs lors de la révolte de Bar Cochba (Tacite, II, Histoires, livres III, VI, pg. 337, Loeb). Cité en l' Historia Augusta, Annius Verus est l'arrière grand-père de Marc Aurèle (Marcus Aurelius, 1. 4).

ANNIUS GALLUS : Annius est une variante d'Arius. Suètone nous parle de la personne qui tua l'empereur Vitellius qui n'est autre que Antonius Primus nommé encore “Cestius Gallus”, suggérant qu'Arius Piso est né en Gaule (écrits de Suètone). Hors, en linguistique, l'autre manière de dire "Gallus" c'est "Pollo" (poule, poulet), l'ancestral nom de famille des Flaviens, et en le Razès il est question de la famille HAUTPOUL. Nous retrouvons "Annius Gallus" dans "Les Vies" de Plutarque, dans Juvenal (Juvenal, VII, 144, Loeb), dans Tacite, II, Histoires, livre II, XLIV, pg. 233 - livre II, XXXIII, pg. 215 - livre II, XI - et livre I, LXXXVII, pg. 151, et dans Martial, XLII, 2, Loeb). En ésotérisme, le phoenix est synonyme de phallus dressé, l'une des représentations occultes de Mars, dieu de la guerre. On retrouve cette symbolique sur les uniformes de toutes les armées au monde : les galons en forme de ^, et plus on en obtient, plus on est viril !

GESSIUS FLORUS : Cestius, de l'ancestral “Cassius”, d'où “Gessius”. “FL” de Florus vient de “Flavius”, titre romanisé d'Horus, dieu égyptien réincarnant son père Osiris dont on retrouve l'anagrame dans Arius Piso. L'histoire nous relate que Gessius Florus, général romain et procurateur de Judée, est cause de la guerre de son temps contre les juifs. Notons une nouvelle fois que “Gessius” est très proche de la prononciation “Jes(i)us".

ANTONIUS PRIMUS : Antoine 1er; donc en toute logique, la clé de l'énigme. C'est en effet le seul nom qu'Arius Piso nomme lui-même en ses écrits parus sous le pseudonyme de Flavius Josephe, et que l'on retrouve cité par Suètone et Tacite (Tacite, II, Histoires, livre II, LXXXVI, pgs. 131c et 299, Loeb). Là Arius Piso divulgue sa fierté de descendre à la fois de Cléopâtre et de Marc-Antoine. Flavius Josephe change “Antonius Primus” en “Antonius Julianus”.

Origène, l'un des pères de l'église, dit en son temps que pour trouver les responsables de la destruction du Temple de Jérusalem il fallait aller à Flavius Josephe et “Antonius Julianus”, mais il n'y a AUCUN "Antonius Julianus" historique. Et pour cause, puisqu'il est l'un des multiples aliases de Arius Calpurnius Piso !


EXTRAITS ELOQUENTS DES ECRITS D'ARIUS PISO alias FLAVIUS JOSEPHE :

"Je suis l'Alpha et l'Oméga" : A-rius Pis-O

"... et quand il (me) sera reproché d'avoir écrit des mensonges, quand ils apprendront par le lecteur..." - Flavius Josephe dit bien LE LECTEUR et non pas L'AUTEUR !

"Je suppose que tout ceci semblera être une fable, …." - Flavius Josephus, pg. 582, Whiston.

"…puisqu'ils (les juifs) étaient prêts à devenir des acteurs contre eux-mêmes" - Flavius Josephus, pg. 602, Whiston.

"Certains d'entre-eux s'autorisèrent à écrire de fabuleuses narrations…" - Flavius Josephus, pg. 608, "Contre Apion", Whiston.

"Ainsi que pour moi-même, j'ai composé une histoire de cette guerre... J'ai agit en tant que Général..." - Flavius Josephus, pg. 609, "Contre Apion", Whiston. Notons que le mot GUERRE ne signifie pas juste une REVOLTE.

"…et sur l'histoire de cette Guerre, j'écris que j'en ai été moi-même l'acteur" - Flavius Josephus, pg. 610, "Contre Apion", Whiston.

"Je ne dit rien de tels rois ayant été fameux pour leur piété, particulièrement celui dont le nom était Cresus..." - Flavius Josephus, pg. 628, "contre Apion", Whiston.


En résumé, à l'image d'Alexandre, frère d'Aristobule, Arius Calpurnius Piso "composa 4 livres contre ses ennemis, les juifs", textes devenus "les évangiles". Ce qui à l'origine n'est qu'une propagande utilisée à servir la guerre contre les juifs devient au fil du temps l'un des aspects majeurs d'un plan destiné à garantir le maintien au pouvoir d'une dynastie familiale sur des siècles.

En France et en Europe du Nord, cette génétique des deux rameaux opposés de la Lignée N.N. se retrouvera aussi bien en les Gots qu'en les Francs de Clovis, ainsi que plus tard en les rois de France de la lignée Capétienne, alliés des papes romains.

Au XVè siècle, le roi Ferdinand d'Espagne et sa reine Isabelle de Castille, sponsors de Christophe Colomb, est l'initiateur de l'horrible inquisition espagnole de 1478 à 1834, où des centaines de milliers de personnes furent torturées et brûlées.

Aujourd'hui, les descendants de la famille Piso sont, aux USA, la famille BUSH, au Royaume-Uni les "Windsor", nom de façade dissimulant les Guelph - Hanovre (ayant opportunément changé de nom car une famille allemande dirigeant l'Angleterre au sortir de la guerre de 1914-1918 n'eût pas été bien vue du peuple anglais). Les plus puissantes familles de cette "Noblesse Noire" sont établies dans l'ordre d'importance : en Italie, Allemagne, Suisse, Angleterre, Hollande, Grèce, France. L'organigrame de leur système moderne fait apparaître la mise sous contrôle absolu de TOUTES LES RELIGIONS ET DE TOUTES LES SOCIETES OCCULTES, l'adage bien connu étant DIVISER POUR MIEUX REGNER !

Avec un esprit ouvert, en consacrant beaucoup de temps aux recherches, et en étant courageux (voire kamikaze), on finit par découvrir que "ces gens là" partagent les points communs suivants : ils sont notoirement MISOGYNES et HOMO-SEXUELS, ont éliminé la Déesse-Mère (ou Principe Féminin Sacré) de tous leurs dogmes, ils hiérarchisent et cloisonnent méticuleusement leurs organisations.

On ne croit pas si bien dire quand on cite le dicton "tous les chemins mènent à Rome" : R.O.M.A. est l'inverse d'A.M.O.R., soit L'AMOUR - donc pas d'Amour avec ces puissants, pas de sentiments, un coeur de pierre, pierre dont on a fait l'église romaine et son premier pontife illégitime. Alors donc, bien que ce soit pas à moi de le faire, mais pour porter au plus profond de mon être cet ADN si particulier de la Lignée N.N., je demande à notre Mère la Terre de nous pardonner ces manquements graves survenus en le cycle de l'Ombre, je demande pardon aux martyrs de l'Histoire post-atlantéenne, et je demande pardon aux êtres humains pour ce qu'ils ont eû à subir.

Au vu de ce qui a été exposé sur Facebook, chères amies, chers amis, comprenez-vous désormais ma souffrance d'avoir eu à découvrir cette lourde hérédité et d'en porter la croix, raison pour laquelle ANA et moi retinrent l'attention toute particulière des "puissants" de deux factions opposées d'une unique famille d'origine antédiluvienne ? La réconciliation sera-t-elle rendue possible ? Je l'espère de tout coeur, car de celle-ci dépend le proche avenir de sept milliards d'être humains. Puisse le Pouvoir de l'Amour remplacer l'amour du pouvoir ici et maintenant !


P.P. - GRGM


2 commentaires:

  1. l histoire est fortement interressante je vais mettre du temps a la lire l ordi me fatigue peut on l avoir en papier par courrier merçi !

    RépondreSupprimer
  2. je suis aussi descendant de ces familles (et aussi des familles ayant combatu les Cathares), comme beaucoup de personnes, l'important c'est ce que nous faisons de nos vies, l'histoire de l'humanité et pleine d'horreur, mais l'ont peux choisir de développer l'amour, le respect et la compréhension des autres au lieu de toujours répéter ce cycle de haine, violence, assujettissement.

    RépondreSupprimer